Bâtie sur un lieu élevé de la commune (516 mètres), la Tour du Calvaire, avec ses machicoulis moyenâgeux domine Châtonnay et ses environs. Haute de dix-neuf mètres cinquantes centimètres (en 1890), sur un diamètre extérieur de quatre mètres quatre-vingt dix centimètres, elle permet de vérifier ce qui se passe en des lieux éloignés du village : à l'Ouest, en direction de St Jean de Bournay, au Sud, Lieudieu à l'Est Ste Anne sur Gervonde, au Nord, Meyrieu, en traversant la plaine de Marsonnay. Cette Tour, construite en 1852, fut certainement, autrefois, une excellente tour de guet.  Elle permettait de repérer l'éventuel ennemi de très loin.  L'installation d'une horloge fut décidée après une requête des habitants, notamment des agriculteurs "qui pourraient ainsi écouter sonner les heures, tout en éffectuant leurs travaux dans les champs". Un accord fut passé le 17 octobre 1855, entre le Maire, Eynard, et M.Burdin, fondeur à Lyon. Celui-ci s'engageait à "fournir un timbre de bonne qualité, avec toutes les garanties voulues". (archives de la Mairie).

 

                                       alt

                                                    25 août 1944

La démolition de la partie supérieure de la tour eut lieu en 1890, lors de sa restaurationet de l'installation du paratonnerre. Le coût de son installation fut de 500 francs. La diminution de la hauteur de la tour, consécutive aux réparations fut de un mètre, environ. La liaison, entre la partie basse (ancienne) avec la partie à reconstruire, fut effectuée à l'aide d'une couche de ciment de vingt-cinq centimètres de hauteur. Outre les réparations effectuées à la tour, d'autres furent nécéssaires pour le mécanisme et la sonnerie de l'horloge, qui fonctionnaient mal.  Petetin, frères, horlogers à Vienne, vinrent l'examiner. Avec la fourniture d'un cadran neuf (coût 600 francs), il s'avérait nécessaire de refonde le timbre qui était fêlé : coût de 513 à 520 francs (le timbre pesait cinquante kilogrammes). Le conseil décidait que le prix élevé de ces réparations serait prélevé sur les "fonds disponibles de 1889". Les premiers travaux de la Tour eurent lieu le 8 juin 1890, après que le mécanisme de l'horloge eut été descendu. Le "timbre" de l'horloge, fournit en 1855 par les Ets Burdin, allait être fondu pour fabriquer une "cloche" dont le son serait meilleur.

 
                     alt

                                                                         retour page d'accueil