Imprimer

En 1868, le village ne possédait que deux fontaines publiques, dignes de ce nom (la population était de 2728 habitants en 1861). La première, située "Place de la Poste" (aujourd'hui place du Centre) était munie d'abreuvoirs pour les bestiaux. Elle était en très mauvais état. La seconde, "Place de l'Eglise", comportait également un abreuvoir. Elles étaient alimentées par les eaux de "La Combe de la Ronce". D'autres fontaines et "bornes fontaines" ont éxisté. Parmi celles qui restent dans le village, on peut citer :

- celle de la Place de la Bascule.- celle de Sainte-Colombe.

D'autres, qui ont disparu, se situaient :

- rue des "Tisserands", à égale distance entre la "Place de la Bascule" et la "Place du Centre"- rue "Ferrachet- à l'intersection du "Chemin de l'Oursière" et de la "Route des Alpes". Pour alimenter ces fontaines, différentes sources furent captées, en 1870 notamment. Vingt années plus tard, leurs tuyaux de conduite étaient déjà plus ou moins obstrués par des racines d'arbres. Par suite de sécheresses (septembre 1892, par exemple) et des fuites de conduites, la quantité d'eau arrivant aux fontaines était insuffisante. Pour les femmes qui venaient chercher de l'eau, les fontaines étaient aussi un lieu de"rencontre" important. A cause du bétail qui venait s'y abreuver et de nombreux détritus déposés par les habitants, certaines fontaines présentaient, au début du XXème siècle, des aspects peu flatteurs qui ont, avec l'adduction d'eau à domicile, favorisé leur disparition.

 

retour page d'accueil