Imprimer

 27 Juin 1784

Chaque village a ses usages. A Châtonnay, les femmes sont vertueuses et y gardent la fidélité conjugale, du moins, les maris en sont persuadés. Mais, ces chastes moitiés avaient, de temps immémoré, le droit de battre leurs époux, lorsque ceux-ci se montraient volages. En tel cas,  le mari battu comparaissait sur la Place Publique et dans le but de préserver d'un pareil sort le plus proche voisin de ce dernier, les autres maris plaçaient celui-ci avec une vieille perruque en tête, sur un âne : revêtu de cet accoutrement, ce proche voisin parcourait en plein jour les rues de Châtonnay, accompagné d'un confrère portant un jupon noir et de quelques autres maris munis d'un balai. Jean Gaudin, boulanger, et Ennemond Perrot, maçon-charpentier, ayant été battus par leurs femmes qui les soupçonnaient d'infidélité, le défilé carnavalesque eut lieu le 25 avril 1784, au son du tambour, et devant le peuple en liesse. Le 27 juin 1784, ce fut le tour de Maître Mottet, greffier et notable de Châtonnay, de sacrifier à l'usage local. Ce fut une grande Fête, mais aussi la dernière de ce genre qui se déroula à Châtonnay.

(Source - B.M Grenoble, O. 9841)

                 alt  alt  
                                                           retour page d'accueil